L’aigle : le roi des cieux

Considéré comme le plus majestueux et le plus puissant des oiseaux, l’aigle représente dès l’Antiquité la force, le prestige et la beauté. Associé au plus grand des dieux de la mythologie gréco-romaine, Zeus (Jupiter), il est devenu l’emblème de l’Empire romain. Au Moyen Âge, ce grand rapace diurne conserve le statut de roi des oiseaux : il est décrit comme un animal céleste et solaire, capable de fixer le soleil sans ciller et de s’élever si haut dans le ciel que l’homme est incapable de le voir. Mais il est aussi doté du pouvoir de se régénérer et de rajeunir. Dans l’iconographie chrétienne, l’aigle symbolise l’évangéliste Jean, à cause de sa vue perçante et sa capacité de s’élever plus haut que les autres.

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque Municipale, ms. 69, fol. 110v (IXe siècle)

« L’aigle est l’oiseau doté de la meilleure vue au monde et il vole si haut qu’il ne peut pas être vu par les hommes, mais il voit si nettement qu’il peut distinguer même les petites bêtes sur terre et les poissons dans l’eau et les attrape en fondant sur eux. Sa nature le fait regarder en direction du soleil si fixement que ses yeux ne se détournent pas. C’est pour cela que, quand l’aigle a des fils, il les tient avec ses serres face aux rayons du soleil : celui qui le regarde avec la tête droite et l’œil assuré est digne d’être gardé et élevé, mais l’autre qui détourne le regard est refusé et rejeté du nid comme bâtard, non pas par cruauté de nature mais par décision légitime, car l’aigle ne le chasse pas en tant que son fils, mais comme un enfant étranger né d’un autre. Sachez qu’un vil oiseau appelé foulque accomplit l’acte d’orgueil de l’oiseau royal, car il accueille le fils renié de l’aigle parmi ses fils et le nourrit comme tel. Sachez que l’aigle vit longtemps parce qu’il se régénère et se débarrasse de sa vieillesse. Plusieurs disent qu’il vole vers un lieu si élevé que la chaleur du soleil enflamme ses plumes et toutes les ténèbres qui voilaient ses yeux. Alors il se laisse tomber dans quelque source où il se baigne trois fois et aussitôt il rajeunit comme au début de sa vie. D’autres disent que le bec de l’aigle grandit et se plie lorsqu’il est vieux, de telle sorte qu’il ne peut plus chasser ces bonnes proies qui le maintenaient jeune. Alors il frappe son bec contre des pierres dures et s’acharne tant qu’il en ôte ce qu’il y avait de trop. Son bec devient alors plus aiguisé et plus acéré qu’avant, si bien qu’il prend et mange ce qui lui plaît. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 85r

 

Texte et traduction : Nicolas D., Eva H., Samantha H., Louis D. et Juliette M.