Alcyon

L’alcyon est un oiseau fabuleux que l’on rattache le plus souvent au martin-pêcheur. Il est appelé « alkuon » chez les Grecs, puis « alcyon » chez les Romains. L’adjectif « alcyonique » (ou « alcyonien ») est issu de ce terme : il désigne la semaine qui précède et celle qui suit le solstice d’hiver, jours d’accalmie pendant lesquels les alcyons font leurs nids.

Ce volatile est déjà attesté dans la mythologie gréco-romaine où il est associé à la Néréide Thétis. Cette association tire son origine de l’histoire de la Pléiade Alcyone, fille d’Atlas et Pléioné ou d’Éole et Énarète (ou Enarété/Aegialé). Selon une version du mythe, Alcyone et Céyx, roi de Thessalie, vivaient heureux. Si bien qu’ils se sont comparés à Zeus et Héra. Sauf que leur suffisance a déplu aux dieux qui, pour les punir, les ont changés en oiseaux. 

Selon une autre version, Céyx a pris la mer pour voir un oracle, malgré les vives protestations de son épouse. Hélas, les craintes de la jeune femme n’étaient pas infondées puisque son mari est bel et bien mort en mer durant une terrible tempête. Elle a attendu son retour, a longuement prié, dans l’espoir de le revoir un jour. Les dieux, émus par l’interminable attente de cette veuve qui s’ignorait en être une, ont envoyé Morphée la prévenir du destin funeste de Céyx. Folle de chagrin, elle s’est jetée du haut d’une falaise, mais Thétis l’a transformée en oiseau. Une variante récurrente raconte qu’au moment de plonger, Alcyone a aperçu le corps de son époux et, avant même de pouvoir le rejoindre, elle a été changée en martin-pêcheur. 

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 88r.

« L’alcyon est un oiseau de mer auquel Dieu a donné la plus grande grâce, et vous allez entendre de quelle manière. Il dépose ses œufs près de la mer, sur le sable. Cela intervient dans la saison de l’hiver, quand d’ordinaire les tempêtes et les horribles orages se produisent en mer ; il fait venir au monde ses fils en sept jours, et en sept autres les élève. Ce sont là quatorze jours qui possèdent une très grande vertu, d’après les marins qui en ont fait maintes fois l’expérience : ceux-ci témoignent que toutes les tempêtes se dégagent et que l’air s’éclaircit, le temps devient doux et serein tant que les quatorze jours durent. »  (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Texte et traduction : Florian D., Rachel L., Anaïs B., Athénaïs L.