Ardea

Les hérons font partie de la famille des ardéidés de l’ordre des échassiers. Il existe de nombreuses espèces, mais la plus courante est celle du héron cendré (Ardea Cinerea), aux plumes grises, noires et blanches. Dans les bestiaires médiévaux, cet animal est appelé aussi « tantale » (tantalus), nom d’un autre échassier apparenté à la cigogne. Il s’agit d’une allusion à Tantale, personnage mythologique, fils de Zeus et Ploutô ou — selon les diverses versions — d’Eurynassa, Eurythémisté, Clytia ou Ploutô. Il doit son nom au fait qu’il plonge très souvent son bec dans l’eau à la recherche de ses proies, comme s’il était toujours assoiffé.

Tantale était roi de Lydie (ou de Phrygie) et avait la réputation d’être très riche. Grâce à son influence, il était souvent convié à la table des dieux. Il y volait le nectar et l’ambroisie tout en colportant les rumeurs de l’Olympe parmi les mortels. Un jour où il devait les recevoir, en raison d’une disette et d’une volonté de tester leur capacité divine de clairvoyance, il servit son fils Pélops en guise de repas. Les dieux ont immédiatement compris la supercherie sauf Déméter. La déesse des moissons, étant troublée par la disparition de sa fille Perséphone, a goûté la nourriture. Pélops a ensuite été ramené à la vie, mais une tache blanche resterait sur son corps comme marque laissée par la sœur de Zeus. Tantale, quant à lui, a été condamné à la pendaison éternelle sur un arbre dans le Tartare. Assoiffé de pouvoir s’abreuver de l’eau qui se trouvait devant lui (ou autour de lui, selon la version où il était immergé jusqu’à la poitrine). Affamé de ne pouvoir se repaître des fruits dont l’arbre regorgeait.

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 86

« L’ardea est un oiseau que plusieurs appellent tantale ou héron ; bien qu’il prenne sa nourriture dans l’eau, il fait toutefois son nid dans des arbres élevés. Sa nature est telle que dès qu’il se rend compte que la tempête doit survenir, il vole où celle-ci n’a pas le pouvoir de monter, et grâce à lui maintes gens reconnaissent l’approche de la tempête, quand ils le voient voler ainsi en ligne droite vers le ciel. »

Texte et traduction : Florian D., Rachel L., Anaïs B., Athénaïs L.