Autruche

Le terme ostruce (autruche) provient du latin struthio, lui-même dérivé du grec ancien στρουθίων. Au Moyen Âge, l’autruche est assimilée au pécheur et symbolise des péchés capitaux tels que la paresse, la gourmandise mais aussi l’envie. Elle est perçue comme un animal distrait, paresseux et cruel envers ses petits, qu’elle oublie d’ailleurs souvent après avoir enfoui ses œufs dans le sable. En outre, l’autruche est un animal hybride, étrangement caractérisé par ses pieds de chameau.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 108r.

 

« L’autruche est un grand animal qui a des ailes et des plumes semblables à celles d’un oiseau, et qui a des pieds de chameau et ne vole pas, mais sa constitution est lourde et pesante, et le rend si extrêmement oublieux au point qu’il ne se souvient pas des choses passées. Pour cela, comme par avertissement de la nature, en été, vers le mois de juin, quand il lui faut penser à sa reproduction, il advient qu’il regarde une étoile qui s’appelle Virgile*, et quand celle-ci commence à se lever, l’autruche dépose ses œufs et les recouvre de sable, puis s’en va poursuivre ses occupations et oublie ses œufs de telle manière que jamais elle ne s’en souvient, ni peu ni prou. Mais la chaleur du soleil et la douceur du temps accomplissent son travail et réchauffent ce que la mère devrait réchauffer, jusqu’à ce que les petits naissent et deviennent si grands qu’ils peuvent aller à la recherche de ce dont ils ont besoin. Néanmoins, quand leurs parents les retrouvent, alors qu’ils devraient les nourrir et les élever, ils les tourmentent et font preuve d’autant de cruauté qu’ils le peuvent. Sachez que, contre la paresse que la nature leur donna, elle leur fit deux griffes et deux ailes avec lesquelles l’oiseau se frappe et se bat pour avancer, comme s’il s’agissait de deux éperons. Il faut que vous sachiez que sa gorge, où il retient son repas, est aussi son estomac, et elle est de nature si chaude qu’elle engloutit le fer, le digère et le consume en elle. Et sachez que son gras est très bénéfique à toutes les douleurs que l’on puisse avoir dans ses membres. » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

*Virgile correspond à l’astérisme des Pléiades. Celles-ci apparaissent au printemps et indiquent aux marins la saison propice à la navigation. 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 180r

 

Texte et traduction : Méghane E., Mathilde A., Anissa K., Laura S. et Mathilde H.