La baleine : un poisson-île ?

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 200v (vers 1230-1260) 

 

Le terme baleine vient du latin ballaena qui est à rapprocher du grec ancien phalaina : ces deux mots partagent la racine indo-européenne *bhel (« se gonfler ») qu’on trouve aussi dans le mot « phallus » ! Les anciens Grecs et Romains savaient déjà que les baleines sont des mammifères marins qui, à la différence des poissons, peuvent respirer grâce à leurs poumons et leurs évents. Néanmoins, dans les bestiaires français, la baleine est considérée comme « un grand poisson » : c’est ainsi que la décrit la Bible, lorsqu’elle raconte l’histoire de Jonas, le prophète avalé par une baleine. Dans plusieurs récits médiévaux – le Voyage de Saint Brendan par exemple – les marins débarquent sur des îles bien particulières : il s’agit en réalité de baleines où le vent a apporté du sable et où de la végétation a poussé… mais lorsque les marins allument des feux, l’île-baleine s’enfonce avec eux au fond de la mer !

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 111v (vers 1280-1290)

 

« Le “cète” est un grand poisson que la plupart des gens appellent baleine. C’est un poisson aussi grand qu’une île, qui s’échoue souvent, car il ne peut nager que là où la mer est profonde. Il s’agit du poisson qui reçut le prophète Jonas dans son ventre, selon ce que nous raconte l’histoire de l’Ancien Testament : il pensait être arrivé en enfer à cause de la grandeur du lieu où il était. Ce poisson élève son dos en haute mer et reste dans un même lieu où le vent dépose et accumule du sable sur lui, si bien des herbes et de petits arbustes y poussent.  Les marins sont souvent trompés par cela, car ils pensent que c’est une île, ils y descendent, enfoncent des pieux et allument le feu. Mais quand le poisson sent la chaleur, il ne peut la supporter : il s’enfuit alors au fond de la mer, et fait couler tout ce qu’il a sur son dos » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : ms. Bibliothèque nationale de France, français 10, fol. 452v (Bible Historiale, XIVe siècle)

Texte et traduction : Frédérique B., Lucie C., Cheyenne R., Chloé S., Justine W.