Basilic : un regard qui tue

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 133v
(basilic tuant l’homme de son regard)

 

Vous connaissez peut-être le basilic grâce à Harry Potter : il s’agit de ce serpent gigantesque qui tue d’un simple regard. Mais saviez-vous que cette créature légendaire est tirée de l’imaginaire de l’Antiquité et du Moyen Âge ? En effet, il est décrit dans quelques bestiaires médiévaux, dont celui de Brunetto Latini. Ainsi, nous pouvons observer des points communs, mais aussi des différences entre l’image que le Moyen Âge en avait et celle que nous en avons de nos jours. Tout d’abord, il est bien plus petit que celui que nous avons pu voir au cinéma : il est décrit comme faisant 6 pieds, soit 1,80 m environ. De plus, sa tête rappelle davantage celle d’un poulet que celle d’un serpent !

« Le basilic est le roi des serpents et il est si plein de venin que celui-ci déborde et brille sur sa peau. Même sa vue et son odeur lui permettent d’empoisonner de loin comme de près, c’est ainsi qu’il corrompt l’air et fait mourir les arbres. Et le basilic est tel que de son odeur il tue les oiseaux dans leur vol et de sa queue il tue les hommes quand il les voit. Cependant, les Anciens affirment qu’il ne fait aucun mal à celui qui voit le basilic avant que celui-ci ne l’ait vu. Sa taille est de six pieds et il a des taches blanches et une crête comme un coq. Il avance tout droit en dressant la moitié antérieure de son corps et il fait comme les autres serpents pour l’autre moitié. Bien qu’il soit si féroce, il peut être tué par les belettes, des bêtes un peu plus grandes qu’une souris et avec un ventre blanc.

Et sachez qu’Alexandre en rencontra une grande quantité et fit fabriquer de grandes ampoules de verre, dans lesquelles entrèrent ses hommes qui pouvaient donc voir les basilics sans que ceux-ci les voient. Ainsi, il fit tuer les basilics et libéra ses troupes » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Texte et traduction : Anaïs I., Roman L., Emeline P., Mathilde S., Anthony S., Ornella T.