Belette

L’étymologie de ce terme viendrait de belle et du suffixe –ette, peut-être pour conjurer les méfaits de cet animal. On sait que c’est un petit mammifère carnassier, de forme effilée et de couleur rousse, qui a le museau pointu et les pattes courtes ; le bestiaire de Brunet Latin ne décrit pas cet animal, mais le compare aux souris et l’oppose aux serpents qui seraient ses ennemis. La belette apparaît dans un lai de Marie de France, Éliduc, où elle se fait tuer par un valet ; mais une autre belette, désolée de la mort de la première, cueille une fleur et la lui met dans la bouche pour la ressusciter. Alors que dans le lai de Marie de France il s’agit d’une fleur, le bestiaire de Brunet Latin précise que la belette mange du fenouil pour se protéger du poison : dès le Moyen Âge, le fenouil était préconisé pour les troubles du système digestif et était supposé éliminer des toxines.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 72v

« La belette est une petite bête plus longue qu’une souris et poursuit les souris et les couleuvres, mais quand elle se bat avec la couleuvre, elle se dirige souvent et volontiers vers le fenouil qu’elle mange par peur du poison, puis retourne à son combat.

Sachez qu’il existe deux sortes de belettes : une qui vit dans les maisons, et une autre dans les champs ; mais toutes deux s’accouplent par l’oreille et enfantent par la bouche, selon les témoignages de certains ; mais la plupart des gens disent que c’est faux.

Mais, quoi qu’il en soit, elle déplace souvent ses petits d’un endroit à un autre, pour que nul ne les aperçoive ; et si elle les trouve morts, beaucoup de personnes disent qu’elle les fait ressusciter, mais ne savent pas dire par quel remède. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 193r.

Texte et traduction : Justine D., William T., Sylvain B., Lauriane D.