Caladre

Issu du grec χαραδρίος, le terme « caladre » (ou caladrius) désigne une créature fabuleuse du Moyen Âge. Dans l’Antiquité, il était également nommé « albinos » à cause de la blancheur de son bec et de ses ailes. Cet oiseau au plumage blanc est souvent représenté avec une tête d’aigle et plus rarement avec une queue de serpent. Il serait de la taille d’un corbeau ou d’un héron et aurait de grands pouvoirs de guérison. D’après Claude Élien, il guérirait uniquement de la jaunisse tandis que, pour d’autres, il guérirait de la cécité. Bien que le caladre soit décrit comme un oiseau nocturne et solitaire, il aurait prétendument été élevé dans les palais royaux pour ses dons de préscience qui auraient servi à prédire la mort des suzeraines ou à sauver ceux-ci. D’après les écrits de Thomas de Cantimpré et de Jacques de Vitry, les caladres seraient des oiseaux exotiques, vivant dans de hauts arbres blancs : Alexandre le Grand en aurait vu en Perse.

D’après le Le Livre du trésor de Brunet Latin, le caladre serait capable de prédire la survie d’un homme en le fixant dans les yeux, ou sa mort en détournant la tête. D’autres bestiaires ajoutent une interprétation symbolique : par sa pureté, cet oiseau représente la Vierge ou alors le Christ. Son don de prendre sur lui et en lui les maux des hommes pour les guérir l’apparente au Christ, qui endosse le poids des péchés des hommes. Mais cette faculté fait qu’il est aussi perçu comme impur.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320 fol. 90r

Selon Philippe de Thaon, le caladre ne doit pas être tué, ni mangé, car c’est un animal sacré par sa proximité avec le Christ. Dans la Bible, le Deutéronome indiquait une autre raison pour cette interdiction : la chair de l’animal serait pleine des maladies qu’il guérit. Mais que fait donc le caladre de toutes les maladies ? En regardant le malade, l’oiseau absorbe sa maladie et monte dans le ciel, vers le soleil, pour la consumer dans la sphère du feu. Selon les croyances médiévales, le Terre se trouve au centre de l’univers qui est imaginé en sphères concentriques. Autour de la sphère de la terre se trouveraient la sphère de l’eau, puis celle de l’air, puis celle du feu ; après les quatre éléments, les planètes tourneraient chacune dans sa sphère autour de la terre, selon une parfaite harmonie numérique, mais aussi musicale.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 185r

« Le caladre est un oiseau tout blanc et son poumon guérit l’obscurcissement de la vue : la Bible commande de ne pas en manger. Et sa nature est telle que, quand il voit un homme souffrant qui doit mourir de son mal, il détourne aussitôt son visage et ne le regarde pas ; mais il regarde avec assurance celui qui ne doit pas mourir, sans tourner la tête. Et beaucoup disent de lui que par son regard il recueille en lui toutes les maladies et les emporte dans les airs, tout en haut là où se trouve le feu, celui qui consume toutes les maladies. »

Texte et traduction : Florian D., Rachel L., Anaïs B., Athénaïs L.