Castor

Le castor (terme issu du grec « kastor » et du latin « castor ») est un mammifère appartenant à la famille des rongeurs, souvent confondu avec les marmottes ou les ragondins, mais reconnaissable à ses pattes palmées, sa queue aplatie et à l’absence de poils. Les castors possèdent des glandes confondues depuis l’Antiquité avec des testicules, ces derniers étant internes. La substance sécrétée par celles-ci dispose de propriétés médicinales (contre la fièvre, les maux de tête, l’épilepsie, etc.) et était très convoitée. Selon des légendes et des superstitions tenaces, que rapporte et réfute déjà Pline l’Ancien, les castors n’hésiteraient pas à se les couper (avec leurs dents aiguisées) afin d’échapper aux chasseurs. C’est à cause de cette croyance que le castor a longtemps été considéré comme un symbole de chasteté.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320 fol. 54r.

« Le castor est une bête qui vit du côté de la mer de Ponto* ; pour cette raison, il est nommé chien pontique, car il ressemble un peu à un chien. Ses testicules sont très chauds et d’une grande utilité médicinale, et c’est pour cette raison que les paysans le poursuivent et le chassent. Mais la nature, qui enseigne à toute créature ses propriétés, lui fait connaître alors la raison pour laquelle on le chasse : lorsque le castor se rend compte qu’il lui est impossible de s’enfuir, il coupe lui-même ses bourses avec ses dents et les jette devant les chasseurs. C’est ainsi qu’il rachète sa vie au prix de la partie de son corps qui est la meilleure. Par la suite, si on le pourchasse encore, il découvre ses cuisses et montre bien qu’il est castré. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 191r.

* Mer Noire. Jusqu’au XXe siècle, les côtes de cette mer sont principalement habitées par les Grecs pontiques (qui possèdent leur propre dialecte et leurs propres costumes traditionnels). Le terme pontique provient de l’expression Pontos Euxinos en grec (littéralement « mer hospitalière ») qui indiquait la Mer Noire.

Texte et traduction : Justine D., William T., Sylvain B., Lauriane D.