Chevreuil

Le mot chevreuil vient du latin capreolus ; le mot biche vient du latin bistia. Le chevreuil et la biche apparaissent dans le Livre du Trésorde Brunet Latin comme des animaux d’exception, dotés d’un instinct de survie hors-norme et de capacité d’analyse, qui ennoblissent encore plus leur espèce. Ces animaux, décrits de manière élogieuse, font partie d’une même « espèce », celle des cervidés, du latin cervidae (dérivé de cervus, l’équivalent de « cerf »). Dès lors, le chevreuil et la biche héritent de toutes les caractéristiques auxquelles on associe le cerf, surtout l’image d’animaux d’une grande noblesse, à bien des égards.

Au Moyen Âge, ce caractère noble est renforcé par la chasse aux cervidés et plus particulièrement au cerf, qui est monnaie courante ; l’animal fait même l’objet d’une grande convoitise, il est la proie idéale pour les amateurs de chasse, avides de briller avec ce type d’animaux à leurs palmarès.

Dans la mythologie grecque, la biche a une place de choix. Elle est reliée à des figures féminines et plus largement elle est symbole de féminité. Elle est associée à la déesse Artémis, comme dans la célèbre sculpture appelée Diane de Versailles, copie romane d’un original grec conservée au musée du Louvre. La capture d’une biche faisant partie de l’attelage d’Artémis constitue d’ailleurs l’un des douze travaux d’Hercule. La biche est présente aussi dans l’iconographie chrétienne : elle est l’attribut de sainte Catherine de Suède ou même de saint Gilles. 

Quant au chevreuil, on le voit apparaître dans la mythologie galloise, avec notamment le mythe de Câd Goddeu (le Combat des Arbres), qui raconte le combat acharné entre Arawn roi d’Annwn et les deux fils de Dôn, Gwydion et Amaethon. Le chevreuil est emblématique dans ce mythe, car il est à l’origine – avec un chien et un vanneau – de ce combat. Le chevreuil symbolise aussi le passage de la vie à la mort. Pour les Amérindiens, il représenterait la douceur de l’âme et du corps des blessés. Un symbole de guérison.

 Le Livre du Trésor fait aussi allusion au dictame, une plante aromatique de la famille des Lamiacées aux propriétés antiseptiques, qui a la faculté de guérir les plaies. Il existe plusieurs sortes de plantes qui répondent à l’appellation « dictame » : le dictame blanc, le dictame de Crète, le dictame du Cap. On peut préciser que le terme « dictame » dérive du latin dictamnum (emprunté au grec δίκταμνονdíktamnon), une plante sauvage poussant sur le mont Dictos, en Crète. Sa réputation la précède avec son apparition dans la mythologie : la déesse grecque Aphrodite soigne les blessures de son fils avec le dictame ; celui-ci fut même appelé artemidion dans l’Antiquité puisque la déesse Artémis en faisant usage pour guérir les plaies. On peut établir un lien d’autant plus fort entre la biche, le chevreuil et le dictame que Chateaubriand en fait référence dans Les Martyrs : « Un jour elle [Cymodocée] était allée au loin cueillir le dictame avec son père. Pour découvrir cette plante précieuse, ils avaient suivi une biche blessée par un archer d’Œchalie… ». Ainsi, la biche aurait le don de trouver ce remède convoité aussi bien par les animaux que par les hommes.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 163v

« Les chevreuils et les biches sont une espèce de bête qui est si sage qu’ils peuvent reconnaître de loin si les gens sont des chasseurs ou non ; de même, ils reconnaissent les bonnes et les mauvaises herbes simplement en les voyant. Ils vont toujours paître de sommet en sommet. Et sachez que si quelqu’un les frappe ou les blesse de n’importe quelle manière, ils partent aussitôt en courant vers une herbe appelée dictame afin de la poser sur leurs plaies et de les guérir. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Texte et traduction : Anais O., Dahbia C.