“Coquillages” : huître, murex et crabe

Le terme de coquillage (en ancien français, coquille) était utilisé au Moyen Âge pour des mollusques et des crustacés aussi divers que l’huître, le crabe et le murex. C’est de ces trois « coquillages » que parle le Livre du Trésor de Brunet Latin. Depuis le temps des Phéniciens, le murex permettait d’obtenir une teinte de couleur rouge violacé qui était très prisée. Quant à l’huître, on croyait au Moyen Âge qu’elle remontait à la surface et s’ouvrait pour recevoir les gouttes de rosée, qui, endurcies aux rayons de soleil, devenaient des perles. Le crabe aurait trouvé une stratégie pour manger les huîtres : profiter du moment où elles s’ouvraient pour jeter une pierre à l’intérieur et les empêcher de se refermer !

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101 fol. 199v (huître montant à la surface de la mer au lever du soleil, vers 1230-1260).

 

« L’huître est un poisson de mer, enfermé dans une coquille, comme une écrevisse, et elle est toute ronde ; mais elle s’ouvre et se referme quand elle veut. Elle vit au fond de la mer, mais, le matin et le soir, elle remonte à la surface et recueille en elle la rosée. Les rayons du soleil qui atteignent la coquille font endurcir les gouttes de rosée, chacune à part, comme elles y sont tombées. Tant qu’elles sont dans la mer, elles ne durcissent pas comme des pierres, mais quand on les sort de la mer et on les ouvre, on en tire les gouttes endurcies, qui deviennent aussitôt des pierres blanches, petites et précieuses que l’on appelle perles ou marguerites. Sachez que si la rosée est pure et nette le matin, les perles seront blanches et luisantes ; autrement, il n’en sera rien. Et aucune perle n’est plus grande qu’un demi-pouce. Il existe un autre coquillage de mer qu’on appelle murex ou conque, mais que la plupart de gens appellent huître : quand on fait une entaille tout autour, il en sort des larmes avec lesquelles on peut teindre la pourpre, et cette teinture vient de sa coquille. Il existe un autre coquillage qu’on appelle crabe : il a des pattes et il est rond. Il est l’ennemi des huîtres, car il mange leur chair grâce à une ruse étonnante. Il poursuit l’huître en portant une petite pierre, jusqu’à ce qu’elle ouvre sa coquille : il vient alors jeter sa pierre à l’intérieur de l’huître, de manière qu’elle ne peut pas se refermer. C’est ainsi que le crabe la mange » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 200r (huître s’ouvrant aux rayons du soleil, 1230-1260).

 

Texte et traduction : Frédérique B., Lucie C., Cheyenne R., Chloé S., Justine W.