Le crocodile et le cocatrix

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 112v

 

Le mot « crocodile » tire son origine du latin « crocodilus » (en grec « krokódeilos »). Cet animal exotique est parfois assimilé au dragon et en reçoit le symbolisme diabolique. Les bestiaires font du crocodile l’ennemi de l’hydre ou du cocatrix (un serpent à la tête de coq et aux ailes de chauve-souris) qui entre dans son corps et le déchire : Guillaume le Clerc de Normandie, dans son Bestiaire divin (XIIIe siècle), interprète le crocodile comme une image de la mort et de l’enfer ; l’hydre, quant à elle, serait une figure du Christ qui, en s’incarnant, délivra de l’enfer ceux qui y étaient prisonniers. Les bestiaires médiévaux racontent que le crocodile pleure après avoir mangé l’homme : l’expression populaire de « larmes de crocodile » subsiste encore aujourd’hui pour désigner généralement une manifestation émotionnelle fausse ou hypocrite. Shakespeare l’a employée dans une célèbre réplique d’Othello : « O devil, devil ! If that the earth could team with woman’s tears, each drop she falls would prove a crocodile » (Act IV, Scene I).

 

Image : Paris, Bibliothèque nationale de France, français 14969, fol. 31r.

« Le crocodile est un animal à quatre pattes et de couleur jaune, qui naît dans le Nil, le fleuve qui arrose la terre d’Égypte, comme le récit l’a dit antérieurement, là où il parle de cette terre. Il est long plus de vingt pieds et il est armé de grandes dents et de longs ongles ; et son cuir est si dur qu’il ne sentirait pas un coup de pierre. De jour il vit sur la terre et de nuit il se repose dans le fleuve. Il ne pond ses œufs que sur la terre, là où le fleuve ne peut pas arriver. Sachez qu’il n’a pas de langue et c’est le seul animal au monde qui remue sa mâchoire supérieure, alors que la mâchoire inférieure reste fixe. Et s’il s’empare d’un homme, il le mange en pleurant.

Il arrive que quand l’oiseau qu’on nomme strophilos veut trouver une charogne à manger, il se fourre dans la bouche du crocodile et la gratte tranquillement, si bien que le crocodile, pour le plaisir qu’il éprouve, lui ouvre entièrement la gorge. Alors arrive un poisson qui s’appelle hydre ou cocatrix, entre à l’intérieur du corps du crocodile et en sort de l’autre côté de manière qu’il le fend et le déchire, de telle façon qu’il le tue.

Même les dauphins qui ont une sorte de scie sur le dos quand ils voient le crocodile nager, plongent au-dessous de lui et le frappent au milieu du ventre de manière qu’ils le font mourir aussitôt. Sachez que le cocatrix, bien qu’il naisse dans l’eau et vive dans le Nil, n’est pas un poisson, mais un serpent d’eau, car il tue l’homme qu’il peut frapper, si celui-ci ne se guérit avec le fumier du bœuf.

Et en cette terre habitent des hommes très petits, mais qui sont si hardis et courageux qu’ils osent affronter le crocodile, car celui-est et de telle nature qu’il pourchasse ceux qui fuient et redoute ceux qui se défendent. Il arrive parfois qu’il soit capturé : une fois qu’il est pris et dompté, il perd toute férocité et il devient si familier que son maître peut le chevaucher et lui faire faire tout ce qu’il veut. Quand le crocodile est dans le fleuve, il ne voit pas bien, mais à terre il voit extraordinairement bien. Pendant tout l’hiver, il ne mange pas, mais il souffre et endure la faim pendant les quatre mois de la saison hivernale. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Les deux images : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 190v
(crocodile ; hydre sortant d’un crocodile)

 

Texte et traduction : Laure B, Coralie C., Camille D., Charlotte I.