Cygne

Le cygne, dont le mot dérive du bas latin cicinus, est un symbole important dans la mythologie gréco-latine. Figure de la pureté, il a également un lien avec la mort. La métamorphose en cygne est courante dans les légendes, comme dans celle de Léda. Cet oiseau est aussi présent dans la légende du chevalier au cygne, dès le XIIe siècle : au début du XIIIe siècle, Wolfram von Eschenbach fait de ce personnage le fils de Parzival. Cette histoire sera reprise dans l’opéra Lohengrin de Richard Wagner. Dans les bestiaires médiévaux, cet oiseau, qui cache une chair noire sous un plumage blanc, représente l’hypocrisie. Dans les temps modernes, les cygnes étaient considérés comme des animaux royaux si bien que seules les personnes nobles pouvaient en posséder. Dans l’art, le chant du cygne désigne la plus belle et la dernière chose que quelqu’un réalise avant de mourir. Cette expression provient d’une légende rapportée par Ésope, d’après laquelle un cygne muet, sentant la mort venir, chanta pour la première fois et ce fut une merveilleuse mélodie. 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 90r.

« Le cygne est un oiseau au plumage tout blanc, mais sa chair est toute noire. Il vit sur les fleuves, et, quand il nage, il porte toujours la tête levée et ne la met jamais sous l’eau. Les marins disent que c’est une rencontre de bon augure, parce que, grâce à son cou long et flexible, sa voix est capable de faire une multitude de sons chantants. Les paysans disent que, dans les montagnes d’Hyperborée en Grèce, quand un homme chante accompagné de sa cithare, une multitude de cygnes viennent autour de lui pour le plaisir du chant. Plusieurs disent que, lorsqu’il doit mourir, une des plumes de sa tête s’enfonce dans sa cervelle. Il s’aperçoit alors qu’il va mourir et il commence donc un doux chant extraordinaire à entendre, et c’est ainsi qu’il termine sa vie. »  (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 186v.

 

Traduction : Romane W., Eléa W., Gwenaëlle F. et Mathilde L.