Le dauphin : le meilleur ami de l’homme ?

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale,  ms. 320, fol. 114r

 

Le nom « dauphin » vient de l’ancien français « dalfin » issu du latin vulgaire « dalphinus ». On trouve la toute première attestation du mot dans Le Roman d’Alexandre, l’un des plus anciens romans français, relatant les conquêtes d’Alexandre le Grand mais également ses aventures fabuleuses telles qu’elles avaient pris forme dans l’Antiquité tardive. 

Pour les hommes du Moyen Âge, le monde marin constituait une immensité méconnue et dangereuse, à la fois attirante et effrayante : cette ambivalence traditionnelle des créatures aquatiques est présente aussi dans le dauphin. Parfois représentés par les enlumineurs comme des monstres marins, les dauphins sont généralement décrits comme des créatures bienfaisantes et des figures tutélaires de la mer. Si l’homme peut apprivoiser le dauphin – du moins dans les légendes – c’est sans doute parce que le dauphin lui ressemble. Il respire, il engendre, il remue la langue comme l’homme et – nous disent les bestiaires – produit des sons qui rappellent les lamentations humaines. Néanmoins, l’homme a aussi chassé cet « ami de la mer » qui fut un mets recherché sur les tables du Moyen Âge.

En héraldique, le dauphin a aussi été employé dans certaines armoiries, comme celles des Dauphins de France et des Dauphins de Viennois. En effet, les contes de Viennois portaient le titre de dauphin : à la suite de la cession du Dauphiné à la France, en 1349, ce titre a été donné aux héritiers du trône de France.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale,  ms. 320, fol. 114v (Dauphin du Nil attaquant un crocodile)

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale,  ms. 320, fol. 118r (Dauphin du Gange attaquant un éléphant) 

« Le dauphin est un grand poisson de mer qui est attiré par la voix humaine, et il est la plus rapide créature qui soit en mer, car il franchit la mer d’un rivage à l’autre comme s’il volait. Mais il ne va pas volontiers tout seul : plusieurs font route ensemble. Grâce à eux, les marins se rendent compte que la tempête approche, quand ils les voient fuir dans la mer, en trébuchant dans leur fuite comme si la foudre les chassait. Sachez que les dauphins mettent bas des petits — et non pas des œufs — qu’ils portent dix mois et qu’ils nourrissent de leur lait. Et quand leurs enfants sont jeunes, ils les abritent à l’intérieur de leur bouche pour mieux les protéger. Ils vivent trente ans, selon ce que racontent les gens qui ont fait l’expérience de leur entailler la queue. Leur bouche n’est pas là où se trouve celle des autres poissons : elle est près du ventre, contrairement à l’ordre naturel. Parmi les animaux aquatiques, aucun ne bouge la langue si ce n’est le dauphin. Ils ne peuvent pas prendre leur respiration quand ils sont sous l’eau et doivent remonter à la surface en contact avec l’air, et leur voix ressemble à celle d’un homme qui pleure. Au printemps, plusieurs s’en vont dans la mer Noire où ils nourrissent leurs fils grâce à l’abondance d’eau douce ; et ils entrent dans la mer Noire par la droite et en sortent par la gauche, car ils ne voient pas bien de l’œil gauche mais ils voient bien de l’œil droit. Et sachez qu’il existe une sorte de dauphin dans le fleuve Nil qui a sur le dos une nageoire en forme de scie, avec laquelle il tue les crocodiles. Dans les anciennes histoires, on peut lire qu’un enfant de Campanie nourrit de pain un dauphin si longtemps qu’ils devinrent si proches que l’enfant pouvait le chevaucher, et le dauphin le porta jusqu’en haute mer où il se noya. À la fin, quand le dauphin se rendit compte de la mort de l’enfant, il se laissa mourir. Il y en avait un autre, à Iassus de Babylone, qui aimait tellement un enfant qu’après avoir joué avec lui, l’enfant joyeux s’en alla et le dauphin voulut le suivre : il s’échoua sur le sable où il fut capturé. Ces merveilles et beaucoup d’autres ont été vues de ces bêtes pour l’amour qu’elles portent aux hommes » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Le dauphin est aussi une constellation : 

Image : Bibliothèque de l’Arsenal 1036, fol. 14v (manuscrit produit au XIIIe siècle en Italie)

 

Image : Bibliothèque nationale de France, Arabe 2489, fol. 61v (XIIIe siècle).

 

Texte et traduction : Fiona A., Daisy A., Laura V., Mathilde D., Pauline O.