Le dragon

Le mot « dragon » tire son origine du latin « draco » (en grec « drakon ») qui signifie « voir clair ». Cet animal est parfois associé au crocodile à cause de son symbolisme diabolique. Aujourd’hui animal mythique, le dragon était autrefois un être que l’on pensait bien réel. Roi des serpents, il est dans les bestiaires celui que tout le monde redoute non pas à cause du feu qu’il crache mais à cause de sa queue de laquelle personne ne peut s’échapper vivant.

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 135r

« Le dragon est le plus grand de tous les serpents et l’une des plus grandes bêtes du monde ; il habite en Inde et en Éthiopie où il fait toujours très chaud. Quand il sort de sa caverne, il vole si rapidement et avec une si grande vitesse qu’à son passage l’air jette un éclat comparable à celui d’un feu ardent. Le dragon a une crête et une petite bouche qui reste ouverte, par où il respire et il tire sa langue. Sa force ne réside pas dans sa bouche, mais dans sa queue qui fait plus de mal par les coups qu’elle donne que par les blessures qu’elle inflige. Il possède une si grande force qu’aucun être, bien qu’il soit grand ou fort, ne peut s’en échapper sans mourir, si le dragon l’étrangle de sa queue. Même l’éléphant en vient à mourir, d’autant plus qu’il y a une haine mortelle entre eux, ainsi que le maître le dira par la suite au sujet de l’éléphant » (Brunet Latin, Le Livre du trésor). 

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 195v.

Traduction : Joséphine B., Zoé C., Marine G., Étienne H., François D.