Fourmi

Des légendes sur les fourmis apparaissent dès l’Antiquité. Hérodote, qui est considéré comme le « père de l’Histoire » et qui a composé son œuvre Les Histoires ou L’Enquête dans les années 420 avant J. C.,  a mentionné les fourmis chercheuses d’or du pays des Indiens (vraisemblablement le Pakistan moderne). Cette histoire et d’autres encore ont fait accuser Hérodote de naïveté et de mensonge. Toutefois, Hérodote n’a jamais prétendu avoir vu ces créatures : il a simplement rapporté ce que disaient les voyageurs. Selon certaines versions, elles venaient d’Éthiopie, une région qui possède un désert sablonneux, contenant une richesse de fines poussières d’or. D’après l’encyclopédiste médiéval Isidore de Séville, le terme latin formica (d’où vient le français fourmi) dériverait de « fert micas », ce qui signifie « elle porte des graines ». 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 144v

« La fourmi est un petit animal, mais de grande prévoyance, car elle cherche en été ce dont elle a besoin pour l’hiver et choisit le blé et refuse l’orge, qu’elle reconnaît à l’odeur. Elle brise tous les grains à moitié pour qu’ils ne puissent pas germer à cause de l’humidité de la terre. Ainsi les Éthiopiens disent qu’il existe des fourmis sur une île, grandes comme des chiennes, qui recherchent l’or dans le sable avec leurs pattes et le gardent si farouchement que personne ne peut leur prendre sans mourir. Mais les paysans envoient paître sur cette île leurs juments qui ont des poulains, le dos chargé de solides coffres, et quand les fourmis aperçoivent les coffres, elles mettent tout l’or à l’intérieur, car elles croient qu’il s’agit d’un lieu sûr. Ainsi, quand vient le soir, la jument est bien repue et lourdement chargée et lorsque son seigneur amène le poulain de l’autre côté de la rive, qui hennit et crie, aussitôt la jument se jette dans l’eau et traverse en courant et en toute hâte avec tout l’or qui se trouve dans les coffres. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 145r

Texte et traduction : Rochelle P., Magalie H., Amélie D. et Mélissande L.