Grue

Les grues ont impressionné les hommes du Moyen Âge par leur organisation qui rappelait celles des soldats et des chevaliers, mais aussi par leur instinct de protection très développé. Dans les bestiaires, on raconte que les grues veillent pendant le sommeil des autres, qu’elles ont une formation presque militaire et que celle qui guide le vol se replace vers l’arrière quand elle est fatiguée. Ce dernier aspect n’est pas inventé, comme on peut le constater grâce à des photos. Les bestiaires racontent également que dans leur migration elles prenaient une pierre dans la patte et avalaient du sable pour ne pas être emportées par le vent. Cette croyance peut être rapprochée d’une autre, attestée dans la Grèce antique, selon laquelle les grues prenaient une pierre dans leur bec afin de rester muettes et de ne pas attirer l’attention des aigles.

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 182r.

« Les grues sont des oiseaux qui volent en formation comme des chevaliers qui partent au combat ; il y en a toujours une qui va devant les autres comme un porte-drapeau et guide qui les mène, conduit et commande de sa voix, et toutes les autres la suivent et obéissent à son commandement. Et quand la cheffe est enrouée et que sa voix est très faible, elle n’a pas honte à ce qu’une autre la remplace et elle s’en va derrière les autres ; et s’il arrive que l’une d’elles soit fatiguée et qu’elle ne puisse plus suivre ses compagnes, alors elles se mettent sous elle et la portent sur leurs ailes jusqu’à ce qu’elle retrouve ses forces. Et sachez que quand elles doivent migrer pour aller dans un lieu entre Karambe (Turquie) et Karadj (Niger), elles avalent du sable juste avant et prennent chacune une petite pierre dans leur patte pour voler plus sereinement contre la force du vent, puis elles volent vers le ciel le plus haut qu’elles peuvent pour mieux voir le lieu qu’elles convoitent. Et sachez que quand elles ont tant voyagé qu’elles s’aperçoivent qu’elles ont passé le milieu de la mer, elles lâchent aussitôt les pierres qu’elles portaient, comme en témoignent les marins qui ont vu les pierres tomber sous leur nez maintes fois ; mais elles ne régurgitent pas le sable avant qu’elles n’atteignent leurs destinations. En voyageant tout comme en dormant et même plus, elles montent la garde avec rigueur et vigilance, et plus attentivement encore quand elles dorment, car une sur dix veille et surveille les autres qui dorment, et il y en a certaines qui veillent mais ne bougent pas d’un pouce, mais celles qui veillent ont une pierre dans la patte pour ne pas s’endormir. Les autres observent les environs pour se prévenir des dangers ; et quand les premières sentinelles sont épuisées d’avoir tant veillé, elles se reposent et dorment pendant que d’autres prennent le relais selon leurs lois, et quand elles aperçoivent quelque chose qui les mette en danger, elles crient aussitôt et réveillent les autres pour se mettre en sûreté. Et sachez que selon leur couleur, vous pouvez connaître leur âge, car elles noircissent en vieillissant. »  (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320 fol. 97v.

Texte et traduction : Cloée Q., François D., Alyssia L.