Hyène

Le Livre du trésor de Brunet Latin affirme que l’hyène est un animal mâle ou femelle, ce qui peut paraître tout à fait normal. Mais ce qu’il faut comprendre est que c’est un animal vu comme hermaphrodite, qui a une ambiguïté de genre et de sexe. En réalité, l’hyène femelle présente des signes physiques qui prêtent à confusion : elle semble avoir un pénis et un scrotum, mais il s’agit en fait d’un clitoris surdimensionné et d’une vulve qui dépasse. Elle a aussi un taux de testostérone très élevé, ce qui engendre une agressivité hors du commun, généralement associée, dans le règne animal, au comportement des mâles.

En plus de son genre qui suscite l’imagination, l’hyène inspire aussi des croyances liées à la magie : Pline l’Ancien aurait écrit que sous sa langue se trouve une pierre qui donne le pouvoir de divination. L’hyène est en effet connue pour avoir des sens très aiguisés, d’où proviennent certainement ces légendes : elle a un odorat très développé qui fait d’elle une prédatrice hors pair. En outre, Le Livre du trésor fait référence à une pierre, que d’autres textes appellent la « hyénie », pierre magique cachée dans l’œil de l’hyène qui agit quand elle se pétrifie. C’est cette même pierre qui offre des pouvoirs de prescience une fois glissée sous la langue.

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 191r

« L’hyène est un animal qui est tantôt mâle, tantôt femelle. Elle vit dans les cimetières des hommes et mange les cadavres. L’os de son échine est si raide qu’elle ne peut pas se retourner si elle ne se tourne pas entièrement. Elle imite la voix humaine et ainsi elle trompe les hommes et les chiens et les dévore. Beaucoup disent que dans ses yeux se trouve une pierre de tel pouvoir que si quelqu’un la mettait sous sa langue, il pourrait deviner toutes les choses à venir. Et puisque chaque bête qui touche l’ombre de l’hyène ne peut plus se déplacer, nombreux sont ceux qui disent que c’est un animal rempli d’enchantement et de magie. Et sachez qu’en Éthiopie cette bête se reproduit avec la lionne et engendre une créature qui s’appelle la crocotte, qui reproduit également la voix des hommes. Dans sa bouche, elle n’a pas de gencives ni de dents séparées, comme les autres animaux, mais une unique dent, faite d’un seul morceau, et ses mâchoires se referment comme une boîte. » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 65r

Texte et traduction : Victoire D., Lucie H., Joanna M., Marie B.