Lézard

Le lézard, tout comme la vipère, est un symbole d’immortalité, car il mue. Il représente également la renaissance, puisque sa queue repousse lorsqu’elle est coupée. De par son association aux serpents, il peut être également un symbole de malice. Dans la mythologie grecque, le lézard est associé à Abas, fils de Poséidon : Abas est transformé en lézard par Déméter, déesse de l’agriculture, pour se venger de ses moqueries. Le lézard est aussi présent dans la littérature du XXe siècle, par exemple dans le poème de Francis Ponge intitulé « Le lézard » et dans la nouvelle La jeune fille au lézard de Bernhard Schlink.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 136v

« Il y a trois sortes de lézards : une grande et une petite, et une autre qui se réchauffe en été et peut faire à l’homme des morsures douloureuses ; mais quand le petit lézard vieillit, il entre dans le petit trou d’un mur exposé au soleil, et il se dépouille du voile qui couvre ses yeux et de toute sa vieillesse. » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 197r

Texte et traduction : Elora L., Alice G., Anaïs L. et Claire B.