La licorne : un être mystique ou fabuleux

Image : Bibliothèque nationale de France, français 15213, fol. 74v (vers 1325-1350).
 

Selon la légende, la licorne est attirée par les jeunes vierges et uniquement par elles. Les bestiaires médiévaux rapportent que les chasseurs parviennent à capturer et à tuer la licorne en utilisant une femme comme appât : nombre de représentations picturales et littéraires illustrent la mise à mort de cet animal dans les bras d’une vierge. Les chasseurs étaient censés en récupérer la corne qui, selon les croyances de l’époque, avait des vertus guérisseuses. Dans quelques musées, on conserve des « cornes de licornes », vendues à prix d’or au Moyen Âge : il s’agit généralement de cornes de narval, un mammifère marin connu aussi sous le nom de « licorne de mer » ! La licorne, tuée grâce à cette ruse, a été considérée au Moyen Âge comme un symbole du Christ, trahi et crucifié (par exemple selon le Bestiaire divin de Guillaume Le Clerc de Normandie). Mais le rapport entre la licorne et la jeune fille a pu aussi être érotisé pour traduire l’attraction du poète pour la dame aimée ainsi que le rejet d’un amour non réciproque. Tel le Pégase de l’Antiquité grecque, cet animal fabuleux subsiste encore aujourd’hui dans l’imaginaire populaire comme un symbole féérique de pureté et continue de fasciner les nouvelles générations.

Image : Douai, Bibliothèque municipale, ms.711 fol. 4r (vers 1270-1275).

Le terme licorne est emprunté à l’italien alicorno, lui-même issu du latin unicornis, unicorne (proprement « qui n’a qu’une corne »), dont dérive aussi le substantif unicorne (« licorne »), forme majoritaire en ancien français.

 

 Image : Bibliothèque nationale de France, français 145 fol. 28v (vers 1518).

« La licorne est un animal fier qui a un corps semblable à celui du cheval, mais il a des pieds d’éléphant et une queue de cerf, et sa voix est vraiment épouvantable. Au milieu de sa tête, il y a une seule corne, extraordinairement resplendissante, qui fait bien quatre pieds de long, mais elle est si dure et si acérée qu’elle transperce facilement tout ce qu’elle frappe.

Et sachez que la licorne est si violente et si fière que personne ne peut l’atteindre ni la prendre par aucun piège. Elle peut être tuée, mais on ne peut pas la capturer vivante.

 Néanmoins, les chasseurs envoient une jeune femme dans un lieu fréquenté par la licorne ; car, de par sa nature, la licorne s’en va aussitôt tout droit vers la jeune vierge, abandonne toute sa fierté et s’endort doucement sur les plis de ses vêtements. De cette manière, les chasseurs trompent la licorne » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 


Et la « licorne de mer », le narval :

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320 fol. 117r.

 

Texte et traduction : Fiona A., Daisy A., Laura V., Mathilde D., Pauline O.