Loup

Le terme « loup » provient de l’ancien français leu ou lou, lui-même issu du latin lupus. Il désigne plusieurs espèces provenant de la famille des canidés, c’est-à-dire des mammifères aux canines développées et aux griffes non rétractables (chacals, renards, coyotes…). Dans le langage courant français, ce terme désigne le loup gris commun. Ce dernier est perçu, au Moyen Âge, comme le principal ennemi de l’homme : diabolisé, il est considéré comme le symbole du mal, en opposition à l’agneau pascal. Il incarne la cruauté, le caractère sanguinaire, la fourberie, le Malin. Aux XII-XIIIe siècles, un loup est le protagoniste d’une célèbre légende hagiographique : saint François d’Assise, en s’adressant à un loup dans la ville de Gubbio, aurait réussi à le convaincre de ne plus faire de mal aux animaux et aux hommes. La peur du loup n’en reste pas moins ancrée dans le peuple qui croit également aux loups-garous. Au XIVe siècle, Le Livre de chasse de Gaston Phébus, comte de Foix, décrit ainsi cette créature : « Il y en a qui mangent les enfants, à la chair plus tendre, et parfois les hommes, […] on les appelle loups-garous et l’on doit s’en garder ». Au Moyen Âge, l’Église tend à affirmer que les loups-garous n’existent pas et que leurs apparitions sont liées à des métamorphoses illusoires, des manipulations démoniaques.

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 68r.

« Le loup abonde en Italie et en beaucoup d’autres terres ; sa force est dans sa mâchoire ; mais il n’a pas de force dans le poitrail et dans les reins ; et il ne peut pas plier son cou. Et les bergers disent qu’il se nourrit tantôt de proies, tantôt de terre, et tantôt de vent.

Quand le temps de sa reproduction arrive, plusieurs mâles pourchassent la louve, mais à la fin elle les regarde l’un après l’autre et choisit le plus laid pour s’accoupler avec lui, bien que, dans toute l’année, ils ne s’accouplent que douze jours, et n’engendrent de fils qu’en mai quand le tonnerre vient. Pour la protection de ses petits, il ne chasse pas les proies dans les contrées qui lui sont voisines.

Et sachez que lorsqu’il voit un homme en premier, l’homme ne peut pas crier. Mais si l’homme le voit avant, il dépose toute sa fierté, et ne peut fuir. Et au bout de sa queue, il a une laine douce qu’il enlève avec ses dents quand il craint d’être piégé. Quand il hurle, il porte toujours sa patte devant sa gueule, pour faire croire qu’il y a plusieurs loups. » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 193v.

Texte et traduction : Gwenaëlle C., Juliette C., Juline S., Léa K. et Camille S.