La manticore : l’hybride anthropophage

La manticore est un animal mythique d’origine persane, ayant, comme l’indique le bestiaire, un corps de lion, une tête d’homme et une queue de scorpion. Certaines descriptions la dotent même d’ailes de chauve-souris, de trois redoutables rangées de dents et de dards empoisonnés qu’elle est capable d’éjecter de sa queue. Elle vivrait de préférence dans les milieux désertiques tels que la Mésopotamie, la Grèce, la Perse ou encore l’Afrique du Nord.

Le nom de la manticore a pour origine première deux termes issus de l’ancien persan : martiya qui signifie « homme » et khvar qui se traduit par « manger ». Cette racine évolua ensuite pour donner le grec martichora puis le latin manticora. Cette étymologie souligne son goût particulier pour la chair humaine dont elle est particulièrement friande.

La manticore est évoquée pour la première fois, au VIsiècle avant J.-C., par le médecin grec Ctésias qui en fait mention dans son œuvre Histoire de l’Inde, puis par Aristote dans son Histoire des Animaux et encore par Pline l’Ancien et Plaute. Au Moyen Âge, elle est présente dans les bestiaires médiévaux qui la considèrent comme un être maléfique, symbole du mal. Au XIIIsiècle, le franciscain Bartholomeus Anglicus la qualifie même de « la plus cruelle des créatures sur terre ».

« La manticore est une bête de ce même pays [l’Inde], qui possède un visage d’homme, la couleur du sang, des yeux jaunes, un corps de lion et une queue de scorpion. Elle court si rapidement qu’aucune bête ne peut lui échapper. De toutes les chairs, elle préfère celle de l’homme. Les manticores s’accouplent de telle manière que tantôt l’une se trouve dessous et tantôt l’autre » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 71v.

Texte et traduction : Louis D., Juliette M., Samantha H., Eva H. et Nicolas D.