Ours

Depuis des siècles, l’ours représente la puissance, la force et le courage et il a été longtemps considéré de façon symbolique comme le roi des animaux en Europe : il est donc une figure de royauté comme peut l’être aujourd’hui le lion. Cette place donnée à l’ours a perduré dans le temps, au point que La Fontaine écrit encore, à propos de cet animal, dans Les Animaux malades de la peste : « On n’osa trop approfondir / Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances, / Les moins pardonnables offenses. / Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins, / Au dire de chacun, étaient de petits saints. »

D’après les bestiaires, les plantes que l’ours mange peuvent avoir un impact néfaste ou salutaire sur sa santé : par exemple, le « phlonus » est une plante que Dioscoride dit bonne contre le venin des serpents et des autres bêtes venimeuses. La pomme de mandragore, quant à elle, serait nocive : à l’origine des légendes liées à cette plante se trouve une plante bien réelle, riche en alcaloïdes, psychotropes et autres composants nocifs. Ces substances entraînent des hallucinations suivies d’une perte de conscience ; prises en grandes quantités, ces substances peuvent provoquer une intoxication mortelle.    

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 80v.

« L’ours a une tête très faible, mais sa force se trouve dans ses jambes, c’est pour cela qu’il se tient souvent debout. Sachez que lorsque l’ours est victime de coups ou de maladie, il mange une herbe qui s’appelle phlonus, qui le guérit, mais s’il mange des pommes de mandragore, il en vient à mourir. L’ours mange du miel plus volontiers que toute autre chose. Et sa nature est telle qu’il recherche les plaisirs charnels et il s’accouple de la même façon que les hommes couchent avec les femmes. Il donne naissance à des petits que la maman ours ne porte que trente jours. 

À cause de la brièveté de la gestation, la nature n’a pas la possibilité de mener à bien leur forme et leur physionomie, mais ce qui naît est un morceau de chair blanche sans aucune forme si ce n’est qu’il a deux yeux. Cependant, la mère lui donne forme et figure avec sa langue selon sa propre image et l’étreint contre sa poitrine pour lui donner la chaleur et la vie. Et entre-temps, la mère s’endort si profondément pendant au moins quatorze jours sans boire ni manger que l’on pourrait la battre et la tuer avant qu’elle ne se réveille.  De cette manière, la mère mène ses fils à l’écart pendant quatre mois, c’est pourquoi ses yeux sont obscurcis, elle ne voit que très peu quand elle sort de sa tanière.  De cette bête, beaucoup disent que les coups la rendent meilleure. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor). 

Texte et Traduction : Constance A., Déborah W., Laura W., Agathe C. et Emma P.