Le paon : un éventail de couleurs 

Dès l’Antiquité, le paon, du latin pavo, a été célébré pour l’éventail magnifique que forment les plumes de sa queue, où se situent des structures en forme d’œil appelées ocelles. Selon la mythologie grecque, ces « yeux » seraient ceux d’Argos – le fidèle gardien d’Héra (Junon chez les Romains) – qui en avait cent : à la mort d’Argos, la déesse les aurait placés sur son animal préféré, le paon. S’il symbolise la beauté, il est aussi l’image de la vanité et la fierté (on dit encore « fier comme un paon ») et les bestiaires médiévaux en donnent la description inquiétante d’un oiseau à tête de serpent et à la voix de diable. Dans une optique chrétienne, cette beauté extérieure ne cacherait-elle pas quelque chose de diabolique ?

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 186v

 

« Le paon est un bel oiseau d’allure simple, mais il a une tête de serpent, une voix de diable, et une poitrine de couleur saphir. Il a une riche queue de diverses couleurs, dont il se réjouit incroyablement. Lorsqu’il voit des hommes qui admirent sa beauté, il dresse sa queue vers le haut pour recevoir des éloges, et découvre ainsi la vilaine partie de son derrière qu’il montre vulgairement. Et il a un dédain pour la laideur de ses pieds ; et sa chair est extrêmement dure et d’odeur forte » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 320, fol. 105v.

Texte et traduction : Alice D., Margaux J., Valentine P., Lauren V.