Pélican

Les pélicans sont de grands oiseaux aquatiques, piscivores, avec un grand bec muni d’une poche volumineuse. Mais, d’après les bestiaires médiévaux, le pélican était capable de nourrir ses petits de son propre sang en cas de famine. Dans l’iconographie et la symbolique de l’Église chrétienne, il symbolisait la piété, la charité et le sacrifice du Christ. L’image du pélican qui nourrit ses petits en se perçant le cœur est présent aussi dans des armoiries, comme celles de la ville d’Arbois, dans le Jura. Encore à notre époque, l’armée de l’air française a utilisé ce même symbole sur l’insigne de la base aérienne 122 Chartres-Champhol.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale,  ms. 320, fol. 105r

« Le pélican est un oiseau d’Égypte, dont les anciens disent que les petits frappent avec leurs ailes la tête de leurs parents, ce qui met ces derniers dans une telle colère qu’ils tuent leurs enfants. Quand la mère les voit morts, elle pleure pendant trois jours et se plonge dans un deuil profond, si bien qu’elle finit par s’ouvrir les flancs avec son bec et fait répandre son sang sur ses fils qui grâce à ce dernier ressuscitent et reviennent à la vie. Mais certaines personnes disent qu’ils naissent inconscients et sans vie, et que ce sont les parents qui les guérissent avec leur sang. Mais, quoi qu’il en soit, la Sainte Église en témoigne bien, Notre Seigneur dit : “Je suis venu semblable à un pélican*.” Et sachez qu’il existe deux sortes de pélicans : certains vivent dans les rivières et mangent des poissons, d’autres vivent dans les champs et mangent des serpents, des lézards et d’autres bêtes venimeuses. »  (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

* Il s’agit peut-être d’une allusion aux Psaumes (102, 6) : « Je ressemble au pélican du désert, je suis comme le chat-huant des ruines. »

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale,  ms. 101, fol. 196v

 

Traduction : Romane W., Eléa W., Gwenaëlle F. et Mathilde L.