Le perroquet : la parole humaine

Le mot « perroquet » vient du latin « psittacus » (grec « ψιττακός ») et a supplanté le terme de « papegai/papegau » (de l’arabe babbaga). Les bestiaires médiévaux soulignent la force que cet oiseau a dans son bec, ses couleurs vives, mais surtout sa capacité d’imiter le langage humain. Cette faculté est à l’origine de l’expression « faire le perroquet » qui désigne le fait de répéter les mêmes mots que quelqu’un d’autre, comme le ferait le perroquet. Oiseau originaire d’Inde – selon Brunet Latin – il a été apporté par les marins et les grands voyageurs et deviendra par la suite l’un des symboles des pirates et des corsaires.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 108r.

 

« Le perroquet est un oiseau vert, mais son bec et ses pieds sont rouges comme sang, et il a une langue plus grande et plus large que tous les autres oiseaux. Cela lui permet d’articuler des mots comme un homme, si on le lui enseigne dans sa jeunesse, durant sa deuxième année d’existence, car ensuite il devient têtu et difficile à dresser, de telle manière qu’il n’apprend plus rien de ce qu’on lui montre. Et on doit le dresser avec une petite barre de fer.

Ainsi, les Indiens disent que ces oiseaux ne naissent pas ailleurs qu’en Inde, et que, de leur propre nature, ils savent saluer selon l’usage de ce pays. Et ceux qui ont cinq griffes sont les plus nobles, mais ceux qui en ont trois sont d’une espèce mauvaise. Et toute sa force réside dans son bec et dans sa tête :  quand il ne peut éviter les coups, c’est là qu’il préfère les recevoir » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Texte et traduction : Alice D., Margaux J., Valentine P., Lauren V.