Le phénix : oiseau flamboyant

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 185r.

 

Le mythe du phénix est originaire d’Égypte, probablement de la ville d’Héliopolis. À l’époque était vénéré le bénou, un oiseau ressemblant au héron, qui serait à l’origine de plusieurs cosmogonies égyptiennes. Au Ve siècle avant J.-C., Hérodote rapporte cette légende en employant le terme de phénix (qui signifie en grec « rouge pourpre »). Au Moyen Âge, cet oiseau qui embrase son nid et rejaillit de ses cendres a symbolisé le Christ, mort et ressuscité. Le Phénix est aussi le nom de la scène nationale de Valenciennes : en 1998, cinquante-huit ans après l’incendie qui a détruit l’ancien théâtre de la ville, le nouveau théâtre renaît de ses cendres, comme dans la légende du phénix qui lui attribue son nom.

 

Image : Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 399, fol. 144v (année 1447).

 

« Le Phénix est un oiseau d’Arabie tel qu’il n’y en a pas plus qu’un seul dans le monde entier et il est bien grand comme un aigle, mais il a une crête de chaque côté de la mâchoire et les plumes tout autour de son cou sont reluisantes comme de l’or fin d’Arabie. Mais de là jusqu’à sa queue son corps est de couleur pourpre et la queue est rose, selon le témoignage des Arabes qui l’ont vu tant de fois. Certains disent qu’il vit cinq cent soixante ans et d’autres disent que sa vie dure bien mille ans voire plus.

Mais la plupart des gens disent qu’il vieillit en cinq cents ans et que, lorsqu’il a vécu jusque-là, sa nature l’incite et l’attire vers la mort, et pour se régénérer il s’en va à un bel arbre savoureux et de bonne odeur, et s’en fait un nid qu’il embrase, puis y entre tout droit en face du soleil levant. Et en ce jour où il est consumé, de sa cendre sort un petit vers qui prend vie. Au second jour après sa naissance, l’oisillon ressemble à un petit poussin. Au troisième jour, il est arrivé à complète croissance, aussi grand qu’il doit l’être, et s’envole aussitôt au lieu où se trouve sa demeure.

Et certains disent que ce rite est fait par le prêtre d’une ville appelée Héliopolis, où le phénix renaît, ainsi que le récit l’a raconté plus haut » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Image : Avignon, Bibliothèque municipale, ms. 172 (missel de la Renaissance, vers 1549).

 

Une réécriture créative de la notice du bestiaire :

            Par-delà l’horizon, le phénix parcourait les cieux et embrasait la voute céleste comme le soleil. Ses longues plumes majestueuses mêlaient à la fois le rouge rubis et le violet d’améthyste. Une source abondante de chaleur semblait constamment le suivre comme un flamboiement de poussière d’étoiles. D’un simple contact, il consumait les plus redoutables ronces épineuses et les plus belles forêts de roses. Cette créature légendaire résidait loin des hommes et du reste du monde, pour vivre en paix avec elle-même des siècles durant. Son cœur pouvait battre pendant un demi-millénaire, et bien plus lorsque sa force le lui permettait.  Quand il sentait la fin approcher, l’oiseau de feu formait un nid de branches et d’encens qu’il embrasait de flammes et laissait son âme se purifier par la fournaise. Puis, le silence régnait ; l’air devenait frigide. Parmi les cendres désormais glaciales, un oisillon gazouillait, en sortant sa splendide petite tête des restes consumés qui l’entouraient.

Ainsi, le noble phénix symbolisait les cycles de mort et, surtout, de résurrection. Si les hommes portaient plus d’intérêt à cet oiseau flamboyant, peut-être parviendraient-ils à percer un jour les secrets de la résurrection ?

 

Premier texte : Dorine D., Emily D., Carla G. et Caroline P.

Dernier texte : Maxance L., Chaïnese L., Yacine S.

Traduction : Dorine, Emily, Carla, Caroline, Maxance, Chaïnese, Yacine.