La salamandre : la fille des flammes

Dès l’Antiquité, la salamandre est associée au feu. Dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien rapporte déjà la croyance selon laquelle la salamandre saurait éteindre le feu, mais si cela était vrai – continue-t-il – Rome en aurait fait usage pour éteindre les incendies ! D’après les bestiaires médiévaux, la salamandre possède un poison meurtrier et peut se baigner dans le feu sans en être affectée. Ces deux caractéristiques persistent encore dans l’imaginaire contemporain des romans de fantasy (Harry Potter) et des jeux vidéo où elle est souvent un ennemi à combattre (par exemple dans Divinity Original Sin 2).

Cet animal a fait partie de nombreux blasons et emblèmes comme celui de François Ier qui lui attribua une valeur positive et moralisante par le biais de sa devise « Nutrisco et extinguo » (« J’embrase le bon feu et j’éteins le mauvais »).

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320 fol. 137

 

« La Salamandre ressemble à un petit lézard bigarré et son venin est beaucoup plus puissant que celui des autres ; car les autres atteignent une seule chose à la fois, mais la salamandre en atteint plusieurs. En effet, si elle monte sur un pommier elle envenime toutes les pommes du pommier et tous ceux qui en mangent en meurent. Et si elle tombe dans un puits, la force de son venin tue tous ceux qui y boivent. Sachez que la salamandre vit au milieu des flammes sans qu’elle en souffre et sans que son corps en subisse des dommages, et que sa nature lui permet même d’éteindre le feu » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 192v

La salamandre clôt le chapitre sur les serpents et les vers :

« Mais maintenant se termine le chapitre qui parle des serpents, de leur nature, de l’ensemble des vers et de leur variété et comment ils naissent et se reproduisent dans la terre, dans l’eau, dans l’air, dans la chair des êtres vivants, dans les feuilles et dans les troncs d’arbre ainsi que dans les draps, chez les hommes ou les autres animaux vivants ou à l’intérieur ou à la surface des corps, sans que les mâles et femelles ne s’accouplent, bien qu’ils naissent parfois d’un œuf. Et maintenant l’histoire n’en parlera plus car ce serait un travail long et inutile » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

 

Texte et traduction : Nicolas D., Eva H., Samantha H., Louis D. et Juliette M.