Le scytalis

Marcus Annaeus Lucanus, poète romain antique, est le premier à parler du scytalis dans le livre IX de la Pharsale. Il dit notamment que le scytalis a le sang tellement chaud qu’il peut même faire sa mue durant l’hiver. Les bestiaires médiévaux reprennent en grande partie la description qu’il fait de la créature légendaire. Il est fait allusion à ce serpent dans le roman Le Nom de la rose d’Umberto Eco : un scytalis forme la décoration d’une porte d’église.

« Le scytalis est un serpent qui se déplace très lentement, mais il est tellement taché de diverses couleurs claires et luisantes que les gens le regardent avec plaisir quand il s’approche d’eux, jusqu’à ce que la peur qui s’empare d’eux les empêche de fuir. Et sachez qu’il est d’une nature si chaude que, même en hiver, il se dépouille de sa peau à cause de la chaleur qu’il ressent. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Bestiaire d’Aberdeen (Université d’Aberdeen, ms. 24, fol. 68v, vers 1200).

Texte et traduction :  Roman L., Anaïs I., Emeline P., Mathilde S., Anthony S., Ornella T.