Singe

Le terme singe dérive du latin impérial simius, lui-même dérivé du latin classique simia. Alors que la science a montré à travers le darwinisme que l’homme descend du singe, pour la Bible et les récits qui en dérivent le singe aurait été créé par Dieu de manière indépendante par rapport à l’homme. Néanmoins, les bestiaires associent ces deux animaux et en montrent les analogies et les ressemblances. D’après le Livre du Trésor de Brunet Latin, le singe imite l’homme et éprouve des sentiments humains, tels que la mélancolie ou alors un amour maternel qui le rapproche de l’espèce humaine.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 77v

« Le singe est une bête qui imite volontiers ce qu’il voit faire aux hommes. Il se réjouit beaucoup à la nouvelle lune, il se désole et est mélancolique quand elle est pleine. Sachez que la femelle du singe porte deux fils à chacune de ses portées : elle aime l’un si fort que c’en est étonnant, et elle méprise l’autre. Lorsque l’on chasse la femelle du singe, elle porte son fils aimé dans ses bras et l’autre sur ses épaules, et s’enfuit aussi vite qu’elle le peut. Mais, quand on la chasse et on la poursuit de si près qu’elle a peur pour sa vie, elle est dans la nécessité d’abandonner son fils chéri, alors que l’autre fils se tient si fermement au cou de sa mère qu’il échappe au danger lorsque la mère s’enfuit. Et ainsi les Éthiopiens disent que, dans leur pays, il existe des singes de types différents. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 191v

Texte et Traduction : Constance A., Déborah W., Laura W., Agathe C. et Emma P.