La sirène : prostituée de la mer

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 118v
(Des marins détournent l’attention d’une sirène en lui offrant une cruche)

 

La sirène a-t-elle toujours été la créature envoûtante mi-femme et mi-poisson que nous imaginons aujourd’hui ? Dans l’Antiquité greco-romaine, la sirène était plutôt décrite comme une créature mi-femme et mi-oiseau. Une autre tradition – diffusée dans la mythologie scandinave – l’a dépeinte plutôt comme une femme-poisson. Certains bestiaires du Moyen Âge attestent la rencontre de ces deux traditions et prêtent aux sirènes des ailes, des griffes et une queue de poisson. Mais, en réalité, d’après Brunet Latin, les sirènes ne seraient que des prostituées qui séduisent et appauvrissent les marins !

Image : Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 200 fol. 90r (vers 1460).

 

« Les auteurs affirment que les sirènes sont trois et qu’elles sont faites de telle manière qu’elles avaient l’apparence d’une femme de la tête jusqu’aux cuisses, mais que de là en bas elles ressemblaient à un poisson et qu’elles avaient des ailes et des griffes. La première chantait merveilleusement bien, la deuxième jouait de la flûte et du canon* ; la troisième jouait de la cithare. Par leurs chants envoûtants, elles faisaient périr les non avertis qui s’aventuraient sur la mer. Mais, à vrai dire, les sirènes furent trois prostituées qui prenaient au piège tous les marins qui passaient par là et les laissaient à l’état de pauvreté. L’histoire dit qu’elles avaient ailes et griffes pour symboliser l’Amour, qui vole et frappe, et elles vivaient dans l’eau, parce que la luxure surgit de l’humidité*. En réalité, il existe en Arabie une espèce de serpent blanc qu’on appelle “sirène”, qui se déplace si rapidement que la plupart des gens disent qu’il vole, et son venin est si puissant que, s’il mordait un homme, il le tuerait instantanément, avant que celui-ci puisse sentir la moindre douleur » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

* Canon : instrument à cordes, variété orientale de psaltérion, d’après le grec et le lat. canon, “règle, mesure”.

* L’humidité – avec la chaleur, la froideur et la sécheresse – est l’une des quatre qualités de la physique ancienne en relation avec les quatre éléments.

 

Les deux images : Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 526, fol. 23v.

 

Texte et traduction : Louisa B., Joséphine B, Zoé C., Marine G., Étienne H., François D.