Le tigre

Le mot « tigre » dérive du grec ancien τίγρις à travers le latin tigris. Dans les arts, le tigre est souvent le symbole de la force, de la puissance mais aussi de l’agressivité et de la férocité. Dans les bestiaires médiévaux, on raconte que les chasseurs, après avoir enlevé les petits du tigre, laissent tomber des miroirs pour piéger le fauve qui s’attarde à regarder son reflet et abandonne leur poursuite. Cette anecdote a pu être lue comme une mise en garde morale : il ne faut pas se laisser abuser par les apparences ou se laisser appâter par la beauté extérieure. Dans son Bestiaire d’amour, rédigé vers 1245, Richard de Fournival écrit, en s’adressant à la dame aimée : « je fus plus sûrement pris par ma vue que ne l’est le tigre devant le miroir ; car si grande que soit sa colère si on lui enlève ses petits, s’il rencontre un miroir sur sa route, il ne pourra s’empêcher d’y attacher son regard » !

« Le tigre est une bête qui naît de préférence en Hyrcanie et il est finement taché de diverses taches noires. Sans aucun doute, le tigre est l’une des bêtes les plus rapides au monde et d’une grande férocité. Sachez que lorsqu’il trouve sa tanière vide de ses petits, aussitôt il poursuit rapidement les traces du chasseur qui les a enlevés. Mais l’homme, qui sait cela et qui redoute beaucoup sa cruauté (et qui sait bien que la fuite à cheval ou d’une autre manière ne pourrait le sauver), jette plusieurs miroirs au milieu du chemin par où la bête doit passer. Quand le tigre passe par là et aperçoit la figure et l’image de son corps, il croit que ce sont ses petits et retourne le miroir jusqu’à ce qu’il l’ait brisé.  Et quand il voit qu’il n’y a rien, il poursuit son chemin jusqu’à ce qu’il ait trouvé un autre miroir : il regarde dans l’un puis dans l’autre, en éprouvant de la pitié pour ses petits, pendant que les chasseurs se sauvent » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 78r.

Texte et traduction : Valentine P., Alice D., Lauren V. et Margaux J.