Le vautour : à l’affût de la mort

Le terme « vautour » dérive du latin vultur, issu du verbe vellere (« arracher, ravir »). Le vautour est une espèce d’oiseau diurne qui se nourrit principalement de carcasses d’animaux contrairement à l’aigle qui chasse ses proies. Sa vue perçante et son odorat très développé lui permettent de repérer rapidement les charognes autour de lui. Ces rapaces sont associés à la mort, mais aussi à son attente morbide : d’après les bestiaires médiévaux, ils suivaient les armées pour pouvoir se nourrir après les batailles.

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 101, fol. 181v

« Le vautour est un grand oiseau semblable à un aigle, qui reconnaît l’odeur des hommes de plus loin qu’aucun autre animal au monde ; même d’un côté à l’autre de la mer, il peut sentir la charogne. Et ceux qui ont l’habitude d’en voir disent que les vautours suivent les armées, lorsqu’il doit y avoir des charognes à grande foison ; ils devinent ainsi que dans cette armée il y aura une grande quantité d’hommes et d’animaux tués.

Beaucoup de gens disent que, dans leur espèce, il n’y a aucune union du mâle et de la femelle, et qu’ils engendrent sans s’accoupler. Ils font des petits qui vivent longtemps, de sorte qu’ils meurent à cent ans. À cause de leur poids, ils préfèrent marcher plutôt que voler et ils ne mangent aucune charogne s’ils ne l’ont pas auparavant levée de terre. » (Brunet Latin, Le Livre du Trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 110r.

 

Texte et traduction : Alice D., Margaux J., Valentine P., Lauren V.