Vipère

La vipère est considérée comme une sorte de serpent dangereux à cause de son venin mais aussi parce qu’on croyait au Moyen Âge qu’elle pouvait hypnotiser. La lexie vipère provient du grec « ασπις » qui signifie « bouclier » en référence à l’arrière de sa tête en forme de bouclier. Dans la mythologie grecque, la vipère est associée à deux monstres : Typhon et Échidna. Typhon possède cent têtes de dragons et le bas de son corps est entouré de vipères. Échidna est une créature mi-femme mi-vipère. Dans la Genèse, le serpent symbolise le mal : « Parce que tu as fait cette chose, tu es le maudit entre tous les animaux domestiques et entre toutes les bêtes sauvages des champs » (Gn, 3, 14) et les Père de l’Église ont toujours repris cette association dans leurs écrits. La figure de la vipère est aussi reprise en littérature, par exemple dans le poème « Une vipère réside dans le cœur de ma dame » de Guillaume de Machaut (XIVe siècle) et dans le roman d’Hervé Bazin Vipère au poing (1948).

Image : Valenciennes, Bibliothèque municipale, ms. 320, fol. 139r

« La vipère est une espèce de serpent de nature si cruelle que lorsque le mâle s’accouple avec la femelle, il met sa tête dans la gorge de celle-ci ; et lorsqu’elle sent le désir charnel, elle serre les dents et tranche la tête du mâle. Et quand les petits naissent et veulent sortir du corps de leur mère, ils le déchirent et le brisent, s’extirpant de telle manière que leur père et leur mère meurent pour eux. Saint Ambroise dit des vipères qu’elles sont les êtres les plus cruels et sans pitié du monde, remplis de malice. Et sachez que lorsque ce serpent éprouve un désir charnel, il s’en va dans l’eau où la murène vit et il l’appelle d’une voix semblable à une flûte, ce qui la fait accourir immédiatement ; par cette ruse, elle se fait souvent attraper par les pêcheurs, conformément à ce que le conte dit au chapitre des poissons. » (Brunet Latin, Le Livre du trésor).

Image : ms. Valenciennes, Bibliothèque municipale, 101, fol. 194r.

Texte et traduction : Elora L., Alice G., Anaïs L. et Claire B.